L’ombre et la lumière : Vivre avec ses zones d’ombre

Ce week-end, j’étais en formation avec François Breton, dont il me semble avoir déjà partagé une vidéo sur ma page Facebook. François Breton, je le vois un peu entre bien d’autres choses, comme un géobiologue new-age. Ah oui, parce que je ne vous ai pas dit, mais cette formation en question s’appelle « Esprit de la nature, apprendre l’holosynergie ». Un de ses objectifs est l’harmonisation des lieux de vie. Une formation tout à fait passionnante dont je vous parlerai dans un prochain article.

Conflit intérieur

Bref, parmi toutes les pépites que m’apportent ces stages, j’avais envie de partager avec vous une réponse à un conflit intérieur que je vivais ces derniers temps.
Ce conflit, c’est ce sentiment de révolte qui m’animait encore la semaine dernière sur certains sujets d’actualité.

A titre d’exemple, je ne souhaitais pas « bénéficier » du nouveau compteur linky et j’avais manifesté mon refus auprès du fournisseur. Je passe par deux fois au travers des mailles du filet en interceptant les installateurs (mon compteur est en libre accès dans le hall de ma résidence). Je pars en vacances et à mon retour BIM, un compteur linky flambant neuf…

Autant vous dire que le terroriste en moi qui sommeillait depuis que j’avais pris le parti de ne plus m’informer a décidé ni une ni deux de reprendre du service.

Ombre vs Lumière : Premier round

Je me retrouvais face à un dilemme : L’envie de donner de la voix à ma colère avec, paradoxalement, la conviction que ce serait mettre de l’énergie pour un résultat stérile. Pour autant, je ne pouvais plus admettre de ne rien faire. J’avais le sentiment que ma stratégie de vivre « en dehors du système » ne tenait plus la route, que ce n’était plus suffisant. Je me suis dit qu’il y avait forcément autre chose à faire, mais quoi ?

Et puis, il y a eu le discours de François pendant le stage qui correspondait très bien à ma situation. En voici mon interprétation.

Manifestation de l’ombre depuis nos propres représentations

L’ombre est très organisée. Les gens qui œuvrent pour la lumière n’aiment pas vraiment l’ombre , toujours présente pour leur mettre des bâtons dans les roues. Du coup, ils se barrent du système pour construire un éco-hameau et vivre ensemble dans un projet d’auto-suffisance (ça c’est moi et mon idéal 😀 ). Donc, l’ombre a le champ libre pour continuer à s’organiser et à se nourrir peinard sans qui que ce soit pour l’entraver sérieusement. Jusque là, ma stratégie de prendre mes distances avec le « système » dans l’espoir de le renverser quand on serait suffisamment nombreux à faire pareil, me convenait.

Et donc, ce qu’il y a à comprendre, c’est comment mon rapport au « système » (le système qui représentait l’ombre pour moi), dans une forme de non-acceptation, m’avait amené à le fuir.
Ces manifestations dans notre monde physique ne sont que les reflets de notre propre capacité à gérer nos zones d’ombre intérieures. Ça donne à réfléchir…

En fin de compte, je peux tout à fait continuer à incarner le changement que je veux voir dans le monde. Simplement, je peux le faire avec une représentation du système plus saine, dont je fais partie et dans lequel j’agis.

Ce qui est drôle, c’est qu’il y a 15 jours j’ai lu La 10ème Prophétie, suite de La Prophetie des Andes qui aborde justement le sujet. Si vous ne l’avez pas lu, je vous le recommande.

Pour conclure, vivons tous en éco-hameau, moi la première, mais n’oublions pas que pour changer le monde, il faut en faire partie.